Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au menu mairie | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Mairie D'ANCENIS-SAINT-GÉRÉON

Recherche

Menu principal

AccueilSocial et prévention > PréventionPrévention de la radicalisation
Envoyer à un ami

Prévention de la radicalisation

 
La mairie d’Ancenis-Saint-Géréon a choisi d’intervenir sur le thème de la radicalisation qui touche tous types de familles, de milieux sociaux, d’origines. Elle est vivement encouragée et soutenue par l’Etat qui souhaite cet engagement. Un premier temps fort a lieu avec une exposition de Gabriel Godard, qui permet de faire le lien entre les différentes formes de barbarie rencontrées dans notre histoire.

« Barbarie d’hier et d’aujourd’hui » : devoir de mémoire et de savoir

La ville organise une nouvelle action de prévention « Barbarie d’hier, barbarie d’aujourd’hui : le devoir de mémoire, le devoir de savoir… » pour sensibiliser le public et les scolaires aux valeurs citoyennes. Cette opération se traduit notamment par l’exposition « Miroir » de Gabriel Godard à la Chapelle des Ursulines du 8 octobre au 4 décembre 2016.

Chaque jour, près de 5 000 scolaires fréquentent les écoles, collèges et lycées d’Ancenis-Saint-Géréon. Une particularité pour la ville qui poursuit, depuis plusieurs années, son travail de citoyenneté organisé avec les établissements scolaires. « La ville d’Ancenis-Saint-Géréon est précurseur dans son projet visant à prévenir la radicalisation. C’est l’une des seules villes de la région à s’y être engagée, en lien étroit avec les établissements scolaires et les services de la préfecture de Loire-Atlantique. La Préfecture a d’ailleurs intégré la compétence « prévention de la radicalisation » dans le champ d’action du CLSPD. Des partenariats sont signés avec l’Association des Maires de France pour mettre en œuvre notre nouvelle action de prévention » note Nabil Zeroual, conseiller municipal et représentant de la ville pour porter ce projet.

Le parallèle entre hier et aujourd’hui

Depuis plusieurs mois, la France vit avec la menace terroriste. Soixante-dix ans après la libération de l’Europe, les images semblaient appartenir au passé mais des atrocités sous formes différentes reviennent aujourd’hui. Les mêmes bruits de bottes, les mêmes crimes odieux resurgissent pour rappeler combien l’idéologie peut être parfois meurtrière. Elle n’a alors ni nationalité, ni lois, ni langue, mais frappe toujours avec le même sang-froid les populations innocentes.

Pour contribuer aux devoirs de mémoire et d’information, la mairie propose ainsi une action de sensibilisation aux valeurs citoyennes en direction de la population et des établissements scolaires. Durant l’année scolaire, de nombreux rendez-vous vont être organisés pour promouvoir et partager les acquis républicains de la libération.

La culture : témoin de l’histoire et vecteur de prévention

Gabriel Godard devant son œuvre intitulée « De l'humain et de l'ignominie »
Gabriel Godard devant son œuvre intitulée « De l’humain et de l’ignominie »

Le témoignage pictural de Gabriel Godard résonne et renvoie aux conflits d’aujourd’hui. L’exposition « Miroir », ce sont des expressions, des couleurs, des dimensions, une écriture figurative et abstraite en cinq actes sur la barbarie humaine et l’une des pages les plus sombres de notre histoire. L’œuvre majeure de cette exposition est la fresque réalisée sur le massacre d’Oradour-sur-Glane en 1944. Gabriel Godard n’a que onze ans à cette époque et pourtant la dérive barbare des hommes marque sa vie.
www.gabriel-godard.com

Document PDF - 2.5 Mo

Les autres grands rendez-vous sur le thème "Barbarie d’hier et d’aujourd’hui, le devoir de savoir"

Le témoignage rare et précieux d’une survivante des camps de la mort
En 1944, Francine Christophe , juive, est déportée à l’âge de huit ans avec sa mère dans le camp de concentration de Bergen-Belsen. Au cours de l’année scolaire, cette rescapée de la Shoah viendra raconter son histoire à 700 lycéens anceniens.

La parole comme arme de combat

Latifa Ibn Ziaten
Latifa Ibn Ziaten

Son visage désormais connu incarne l’engagement contre toutes les formes de radicalisation. Pour lutter contre cette nouvelle barbarie, Latifa Ibn Ziaten a décidé d’aller à la rencontre des jeunes. Elle sera accompagnée dans sa démarche par un autre témoignage fort, celui de Valérie de Boisrolin , dont la fille est partie en Syrie faire le djihad.
Le jeudi 16 mars 2017, ces mères de famille engagées témoigneront devant les élèves pour délivrer un message de paix, prôner un dialogue d’apaisement, de tolérance, dans le respect des valeurs républicaines et de laïcité. En spectatrices avisées, elles pointeront aussi l’ignorance et la crédulité des plus jeunes qui se laissent abuser par les appels à la haine « pour éviter que d’autres familles subissent le même sort qu’elles ».
- Site de l’association Imad Ibn Ziaten pour la Jeunesse et la Paix : www.association-imade.fr
- Contact de l’association Syrie Prévention Familles : syriepreventionfamilles@gmail.com

La scène comme révélateur sociétal
Le spectacle «  Braises  » aborde sans concession les conflits multiculturels et intergénérationnels et suscite autant de réflexions : respect des traditions, désir d’émancipation, poids de la filiation, modes de vie divergents, influence de la religion, droits des femmes, impact des nouvelles technologies, endoctrinement,…
Il a été programmé au Théâtre Quartier Libre en novembre 2016 en direction du grand public et de 400 lycéens les 15 et 16 novembre prochains.

Document PDF - 893.1 ko

Prévenir la radicalisation - numéro vert : 0 800 005 696
www.stop-djihadisme.gouv.fr

 Haut de page